Etes-vous allergique au gluten?

© iStockphoto.com

Fatigue constante, ballonnements, mal de ventre… avez-vous pensé à une allergie au gluten? Un Suisse sur cent en souffre et ne le sait pas forcément. Chez une personne allergique, consommer du gluten entraîne une réaction anormale du système immunitaire envers cet aliment qu’il considère comme un intrus.

Dans la maladie cœliaque donc, le système immunitaire attaque l’organisme et plus particulièrement les villosités de la paroi intestinale qui permettent l’absorption des nutriments. Il s’agit d’une maladie auto-immune. Lorsque l’on est atteint de cette maladie, les conséquences pour la santé sont nombreuses: manque de calcium, manque de fer (anémie), grande fatigue, nausée, ballonnements, malnutrition due au fait qu’il y a malabsorption des nutriments par l’intestin.

Il y a également bien d’autres complications qui peuvent survenir, c’est pourquoi il ne faut pas prendre à la légère une allergie au gluten. La première chose à faire si vous avez l’impression de ne pas supporter le gluten et de vous faire faire une prise de sang par votre médecin afin de vérifier la présence de certains anticorps attestant que votre organisme se bat contre le gluten. Ensuite, si elle est positive, elle peut être confirmée par une gastroscopie. Le seul traitement dans une allergie au gluten est de ne plus manger les aliments incriminés, d’adopter donc un régime sans gluten.

Le gluten désigne une substance contenue dans certaines farines de céréales. Pratiquement, les principaux aliments contenant du gluten sont: la farine de blé qui entre dans énormément de produits: pain, pâtes, biscuits, viennoiseries… et pour vous aider à mémoriser les 5 céréales sur 7 qui contiennent du gluten: SABOT (seigle, avoine, blé, orge, triticale (hybride du seigle et du blé) kamut et épeautre.

Il ne suffit donc pas seulement de ne plus manger les céréales SABOT, car le gluten se cache aussi dans de nombreux produits industriels. Apprenez à lire les étiquettes et surtout à préparer vous-mêmes des plats à partir de produits bruts et frais (légumes, fruits, viandes, poissons, œufs, céréales sans gluten…) on trouve également d’excellentes recettes de pain sans gluten à faire soi-même avec de la farine de mais ou sarrasin et châtaigne par exemple.

Pour plus d’informations sur l’allergie au gluten, il existe une association romande de la coeliakie: www.coeliakie.ch

Qu’en est-il maintenant de l’intolérance?

Concernant l’intolérance alimentaire, ce n’est pas l’aliment lui-même qui est à l’origine du problème, mais «l’accumulation» qui va provoquer, par une métabolisation défectueuse, une inflammation chronique à l’origine de diverses maladies pouvant toucher tous les systèmes.

Les phénomènes d’intolérance ou d’hypersensibilité alimentaires sont dus à une espèce de d’accumulation, à force de manger toujours les mêmes aliments chaque jour comme par exemple du fromage tous les soirs, on «empoisonne» son organisme progressivement. Les intolérances sont donc différentes des allergies alimentaires pour lesquelles il y a une réaction quasi immédiate après avoir consommé l’aliment.

En modifiant son alimentation on arrive véritablement à résoudre certains problèmes de santé. L’alimentation a un rôle très important dans certaines pathologies! Cette approche nutritionnelle ouvre la voie à une médecine où chacun devient acteur de sa santé par la prévention et par la possibilité de se soigner par la nutrition. Il ne devrait plus y avoir de domaines médicaux ou l’on ne se soucie pas en premier lieu à ce que les gens mangent et comment ils mangent! Même pas la psychiatrie, puisqu’il est prouvé aujourd’hui que la prévention de la violence par exemple, peut aussi passer par le changement nutritionnel.

Changer son alimentation c’est un peu comme arrêter de fumer, il faut un certain temps au corps pour s’habituer, éliminer les toxines accumulées, se nettoyer, se «désencrasser» avant de retrouver un bon équilibre. Un principe très important pour tous à retenir c’est le principe des 3V: manger varié, vivant, et des végétaux le plus possible. D’autant plus si l’on a tendance à manger toujours, chaque jour les mêmes aliments !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.