Connaissez-vous le Konjac?

Le konjac, pour réguler son poids !

On le sait, le culte de la minceur à tout prix dépasse parfois les limites du bon sens. Pourtant, lorsqu’on envisage la régulation du poids sous l’angle de la santé, ses bénéfices sont évidents et tout ce que la nature peut offrir pour y contribuer est bienvenu. Parmi ces cadeaux : le konjac !

Le Konjac est un légume originaire d’Asie du Sud-Est ou il est utilisé depuis plus de 2000 ans en cuisine, mais aussi comme remède pour le traitement du diabète, du cancer ou des troubles digestifs.

En  fait c’est le tubercule de la plante de 3 à 4 kg qui est utilisé. Son effet principal est de réguler la gestion intestinale des nutriments.

Le pouvoir des fibres

Le tubercule de konjac est riche en fibres solubles (des glucomannanes) capables d’absorber une importante quantité d’eau – en l’occurrence plus de cent fois leur poids – et de former ainsi un gel très visqueux et volumineux dans l’estomac. Cela avec un apport calorique très faible – moins de 10 calories par 100 grammes. Le gel formé va en outre permettre une absorption ralentie des glucides et graisses alimentaires au niveau intestinal.

De ces capacités découle l’usage courant fait du konjac, également dans nos pays, pour la régulation de la glycémie, du diabète et des lipides sanguins (triglycérides et cholestérol). En plus d’être un allié minceur très intéressant, le konjac s’affirme comme un atout de choix dans la gestion métabolique de l’obésité et des pathologies qui en découlent tels le diabète et les troubles cardiovasculaires. Le gel de glucomannanes qu’il forme permet aussi de faciliter le transit intestinal par son léger effet laxatif et peut être considéré comme une nourriture prébiotique pour la flore intestinale.

Dans les épiceries asiatiques

S’il est utilisé comme légume en Orient, c’est plutôt sous forme transformée et sous son nom japonais, konnyaku, que l’on peut le trouver chez nous dans les épiceries asiatiques. La poudre de konjac, provenant du broyage des tubercules, est transformée, après mélange avec de l’eau de chaux, en une pâte ressemblant au tofu. Celle-ci, relativement fade, peut être cuisinée de multiples manières, tout comme le légume. On en tire également des vermicelles appelés shirataki, utilisables comme des pâtes alimentaires.

La dose préconisée, répartie en trois prises, une demi-heure avant chaque repas, ne dépasse pas 3 grammes par jour. Quelle qu’en soit la forme, il faut rappeler que le konjac a un faible apport nutritionnel et qu’il peut piéger des nutriments intéressants, mais aussi des médicaments. Le prendre le soir sous forme alimentaire permettra de conserver le plaisir de manger tout en évitant les calories.

A retenir tout de même, pour ce qui est d’une consommation classique, on peut en consommer à tout âge (bien sûr, sans excès comme tous les aliments). Et pour les adultes, cela ne pose aucun problème à condition d’en consommer au sein d’une alimentation équilibrée. L’idée étant de l’utiliser dans le but de soutenir l’organisme temporairement lors d’une réforme alimentaire et non pas d’en pendre en pensant continuer à se suralimenter ou à manger des aliments gras et sucrés!

Pour conclure voici 3 raisons qui font du konjac un excellent aliment pour vous accompagner dans votre réforme alimentaire :

  1. Coupe faim naturel
  2. Très peu calorique
  3. Se cuisine très facilement et simplement

Mes recettes magiques au konjac et aux shiratakis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *